Une pratique ancestrale contre les jeteurs de sort;" l'OCCHIU" littéralement "l' OEIL". IL existe encore dans nos villages , en pays très catholique ,des pratiques ou plus spécialement des croyances sur une sorte de magie ou de sorcellerie .
Lorsqu'on estime être victime du mauvais "oeil" , c'est- à -dire d'un sort jeté par jalousie ou envie ou par des éloges ou compliments trop fascinants, il est fait appel à l'intervention d'une "Signatore"( personne connaissant les prières adéquates pour officier). Les effets de "l'occhiu" ne sont pas conscients ou volontaires , mais ils se manifestent par des symptômes précis : maux de tête violents, fièvre, nausée, lassitude, échec; des états endémiques tout aussi inexplicables les uns que les autres.
Le pouvoir de" signer" l'oeil, on l'observe souvent chez les femmes âgées dont la transmission se faisait autrefois en famille. La personne qui recevait cet héritage était tenue de respecter secrètement le formulaire des prières et le rituel à appliquer. Ces paroles sacro-saintes étaient enseignées à une date précise. Cette date est dans toute la corse , celle de la nuit de Noêl. Dans le cas contraire elles n'auraient aucune efficacité. Il est à peine besoin de souligner que l'église se montre circonspecte en cette matière.
La pratique est spectaculaire. On fait le noir complet dans une pièce. On allume une ou deux bougies ,à la flamme tremblotante la nuit tombée. La signatore se munit d'une assiette creuse où elle verse un fond d'eau et la tient au dessus de la tête de la personne que l'on va "signer"assise sur une chaise. Dans le recueillement, l'officiante récite les fomules apprises la nuit de Noël. Elle jette quelques grains de sel sur les flammes des bougies , puis elle laisse tomber quelques gouttes d'huile d'olive sur l'eau contenue dans l'assiette.
C'est l'interprétation des formes que prennent les gouttes d'huile sur l'eau qui permet de dire si le sujet était ou n'était pas sous le coup du mauvais "oeil". Dans l'affirmtive, la cérémonie terminée, on jette le contenu et c'est le soulagement. Le sort est conjuré. Dans le cas contaire ,il faut chercher ailleurs les maux. Sans être aujourd'hui d'un usage courant,on peut dire qu'il existe encore des adeptes .Quant à cet enseignement, il vient de la nuit des temps et garde son mystère.