Passionné de l'histoire napoléonienne, j'ai choisi ce titre parce que les événements historiques sont indéniables, mais la vérité des critiques et des éloges ne peut être que subjective.             

  On a pas fini d'écrire sur les controverses de son règne. Tous les éloges et tous les outrages continueront à lui être prodigués. Son nom a marqué la fin d’un siècle et le commencement d’un autre.

                 Il y aura toujours des détracteurs par idéologie et des partisans pour faire vivre sa mémoire. À Sainte- Hélène, il avait pressenti que sa renommée resterait dans l’histoire comme celle d’Alexandre le Grand, de César, d’Auguste ou d’Hannibal.

                 Nul ne peut contester son œuvre et sa puissance intellectuelle. Il est l’héritier de la Révolution française. Les principes de cette révolution, Liberté, Egalité, Fraternité, ont été sous les feux roulants des régimes royalistes de toute l’Europe et en particulier de l'Angleterre. Bonaparte ardent défenseur n’a cessé de combattre pour faire triompher ces idées et les répandre à toute l’Europe.

                  Il a fallu cet homme génial pour mettre fin en France à treize siècles de monarchie de droit divin et aux désordres d’une révolution à la dérive. Il a dû combattre  de l’intérieur  les complots et les trahisons fomentés depuis Londres et par les apparatchiks de la  Terreur et du Directoire.

                  Ceux-ci même qui s’étaient accaparés le pouvoir révolutionnaire pour s’engluer dans la corruption au détriment des intérêts du peuple. 

                 Le jour du 18 brumaire, alors que Bonaparte n’était pas attendu, a favorisé son ascension pour mettre fin à l’anarchie du directoire et rétablir la confiance du peuple. Dès lors, il a représenté l’espérance républicaine et peu de Français cherchaient à revenir à l’ancien régime et aux excès de la Terreur.

                 Les guerres qu’il a  conduites ont été presque toujours forcées par les coalitions continentales dirigées par l’Angleterre. Il a fait bien sûr beaucoup pour la grandeur de la France mais peu pour sa CORSE natale. Les reconstitutions monarchiques en faveur de sa famille l’ont éloigné des principes qu’il défendait. La guerre injuste d’Espagne, puis l’enlèvement du pape au Quirinal ont été les principales causes de son infortune.

                  Pour la masse des croyants c’était une blessure profonde. Ainsi tout ne fut pas parfait. Les détracteurs d’aujourd’hui ont-ils essayé de comprendre  la situation de la France et de l’Europe  après la révolution de 1789 ? Celle de l’élargissement des libertés aux peuples et celle des conditions d’existence .

                 Savez-vous, que 96 % des Français ne savaient pas lire au moment où Bonaparte est arrivé au consulat. Les institutions qu’il créa : Le code civil, le conseil d’Etat, le concordat, la légion d’honneur, les Préfets et les lycées etc..ne sont-elles pas un aspect novateur d’une société en mouvement. Il a pu croire au succès après le sacre en conservant les fondements de la République issus de la révolution .

                   Des amis, des braves l’ont suivi, d’autres ingrats, qui lui doivent leur fortune l’ont trahi. Son désir et son besoin de domination pour atteindre le but de son système continental qu’il avait échafaudé l’ont perdu  . Il disait : « je ne puis respirer qu’au-dessus des autres ».Toute l’histoire de Bonaparte démontre bien l’intérêt qu’il continue de susciter parmi le public intéressé de son époque et de sa gloire.